Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/04/2009

Les changements climatiques transforment les forêts tropicales en émetteurs de carbone

 

Bien que des concentrations de CO2 encouragent la croissance des arbres, ceux-ci meurent prématurément selon des études scientifiques récentes. Les sécheresses, l’élévation des températures et la déforestation transforment ainsi certaines forêts tropicales, auparavant des puits de carbone, en émetteurs de CO2 avertissent des scientifiques britanniques et australiens.


Les modélisateurs du climat ont longtemps considéré qu’une concentration plus élevée du CO2 dans l’atmosphère augmenterait la croissance des arbres, ce qui permettrait de capter davantage de CO2. Toutefois ces modèles ont omis un facteur : les arbres meurent plus jeunes lorsque leur taux de métabolisme est augmenté.

« Le CO2 est stocké dans des arbres vivants et la mortalité des arbres n’est pas incluse dans les modèles » a expliqué David Hilbert du CSIRO au Congrès sur le climat à Copenhague. « Les arbres grandissent plus vite avec des températures plus élevées mais ils meurent aussi plus vite. Donc malgré la croissance plus rapide et le taux de renouvellement plus rapide dans les forêts équatoriales, la capacité de stockage du carbone est réduite ».

Cette étude est basée sur des observations et mesures dans 117 sites forêts autour du monde. L’effet le plus marqué était dans les forêts tropicales africaines. Pour Hilbert, les implications pourraient être très importantes. Chaque degré centigrade additionnel pourrait conduire à une augmentation des émissions de 14 tonnes de carbone par hectare de forêt équatoriale ou 24,5 GtC au niveau mondial (2,5 fois les émissions mondiales !). A cause des sécheresses l’Amazone s’est par exemple récemment transformée en source d’émission explique Simon Lewis de l’Université de Leeds.

Si les récentes sécheresses ne sont qu’un évènement isolé alors les forêts continueront à agir comme puits global du carbone mais la crainte est que le réchauffement moyen observé ne multiplie les sécheresses et que ces stress hydriques ne transforment les poumons de la terre en source additionnelle d’émission.

 

Arnaud Brohé (arnaud@co2logic.com)

 

© CO2logic, d’après le guardian

Les commentaires sont fermés.