Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/03/2009

Réduire le CO2 aux USA pourrait conduire à une révolution

Rajendra Pachauri, président du Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a déclaré que la situation politique interne aux Etats-Unis empêcherait les Etats-Unis de prendre des objectifs de réductions des émissions de gaz à effet de serre à court terme similaires aux engagements européens. Et il a questionnée la portée d’un nouveau traité climatique international qui ne recevrait pas le soutien des USA.


Ces déclarations ont été tenues à la conférence sur le climat qui se tient en ce moment à Copenhague et au cours de laquelle les scientifiques ont révélé des nouvelles prévisions plus inquiétantes encore pour 2100. Les fondes additionnelles de glace au Groenland pourraient mener à une élévation du niveau de la mer de plus d’un mètre d’ici 2100.

 

Obama s’est engagé à ramener les émissions des Etats-Unis au niveau de 1990 en 2020. L’UE s’est elle engagée à les réduire de 20 à 30% par rapport à 1990 pour cette même date (2020). D’après le GIEC les réductions devraient êtres comprises entre 25 et 40% au niveau mondial en 2020 pour amorcer la voie du changement et éviter une perturbation anthropique dangereuse du système climatique.

 

S’exprimant pour le quotidien britannique le guardian, en marge de la conférence scientifique de Copenhague, Pachauri a annoncé qu’Obama ne pourrait annoncer des réductions de 30% d’ici 2020 dans le contexte actuel ou ce serait la révolution. « Il doit agir pas à pas ». Néanmoins les USA doivent absolument prendre des efforts à court terme pour permettre la conclusion d’un traité international efficace pour prendre la relève du Protocole de Kyoto qui vient à échéance après 2012.

 

Arnaud Brohé (arnaud@co2logic.com)

 

© CO2logic, d’après le guardia

Les commentaires sont fermés.