Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/07/2009

C'est quoi la compensation carbone?

On entend de plus en plus souvent des entreprises, associations ou même des connaissances annoncer qu’ils sont devenus neutres en CO2, qu’ils ont compensé leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). Mais nombreux sont ceux qui ne sont pas encore familiers avec ce nouvel outil de lutte contre les changements climatiques.


 

 

Compensation 2.JPG

 

 

 

Le principe de la compensation volontaire des émissions de gaz à effet de serre se compose essentiellement de trois étapes. Tout d’abord, un « pollueur » (particulier ou organisation) réalise un audit de ses émissions de gaz à effet de serre. Pour les individus il s’agit le plus souvent d’une estimation avec un calculateur en ligne (par ex. www.co2logic.be ou www.energivores.be). Pour les organisations cela nécessite un audit plus approfondi ("Bilan Carbone"). Ensuite, sur base de ce premier bilan des émissions, le programme ou le consultant en services de compensation peut déjà fournir des pistes de réductions pour le futur. Finalement, une fois les émissions calculées le client de services de compensation peut contribuer au financement de projets de réduction en achetant des crédits de CO2 pour un volume équivalent à ses émissions.

 

Ces crédits de CO2 permettent le soutien de technologies propres dans les pays en développement (par exemple énergie éolienne en Afrique, valorisation de déchets de biomasse en Inde, etc.). D’un côté le pollueur a émis des gaz à effet de serre, de l’autre il a contribué à la destruction ou à l’évitement d’un volume d’émission comparable. En bref, il a compensé.

 

CO2logic propose de soutenir des projets « énergies renouvelables » certifiés dans le cadre du mécanisme pour un développement propre instauré par le Protocole de Kyoto. Les clients bénéficient ainsi d’un crédit de compensation dont la qualité a été vérifiée par différents intervenants et est reconnue par les Nations-Unies. Grâce à ce choix, le client a la garantie de savoir où va son argent et est certain que les crédits qu’il a acheté seront bloqués sur un compte spécial des Nations-Unies et ne pourront dès lors pas être réutilisés.

 

En pleine croissance, le secteur de la compensation volontaire est encore l’objet de quelques préjugés. Pour certains ce mécanisme détourne l’attention en faisant miroiter une solution facile, sans changement comportemental et structurel, à la lutte contre le réchauffement. Pour ces détracteurs la compensation serait une nouvelle forme d’indulgence. Au contraire, pour les partisans de la compensation, celle-ci joue un triple rôle qui va de paire avec des réductions globales des émissions. Premièrement la compensation est un formidable outil de conscientisation et d’éducation à l’impact climatique de chacun. Grâce à la compensation des particuliers et des entreprises ont aujourd’hui conscience du volume et de l’origine de leurs émissions de CO2 et sont désormais mieux préparés pour agir et réduire leurs émissions à la source. Ensuite, la compensation, en donnant un prix à la pollution, est un outil d’internalisation du coût des émissions. Si un individu prend en compte le prix de la compensation pour un déplacement en avion de courte distance, il est probable que le choix d’une alternative moins polluante (par exemple le train) devienne plus intéressante économiquement. Finalement, et c’est peut-être là l’essentiel, la compensation finance des réductions qui n’auraient pas eu lieu autrement.

 

Commentaires

à 12 EUR la tonne, ça fait pas cher l'indulgence.

Écrit par : Salade | 16/04/2009

Pour des crédits de qualité (ex. Gold Standard ou projets à forte valeur ajoutée dans le développement durable) le prix est un peu supérieur (entre 20 et 25€). Ca reste en effet bon marché pour financer des réductions de CO2, donc pourquoi ne pas le faire lorsque l'on prend l'avion ou lorsque l'on achète son mazout (il faudrait ajouter moins de 80€ par 1000 litres de mazout pour le compenser).

Écrit par : arnaud | 16/04/2009

du coup ma bagnole (qui fait 135gCO2/km), si je l'utilise pendant 150000 km et que je paye 243 EUR (sur base du prix de 12 EUR la tonne) en tout en indulgence carbone, je suis compensé!
Et j'aide le tiers-monde. C'est coal.

Écrit par : Salade | 16/04/2009

Deux remarques :
1) pour 12€ vous n'aurez pas des crédits certifiés de qualité
2) vous émettez sans doute plus que le chiffre constructeur calculé en laboratoire (car trafic dense, climatisation, etc.). Bref en prenant des hypothèses de 145g et un prix de 22€ on est à 22 tonnes de CO2 ou 484€ sur www.co2logic.be (environ 5% du prix que vous allez payer en carburant pour rouler 150.000 km). Celà ne compense pas l'énergie nécessaire à la fabrication du véhicule (acier, plastique, etc.) environ 5 à 8 tonnes en plus selon le poids du véhicule.

Arnaud

Écrit par : arnaud | 16/04/2009

La ligne rédactionnelle de ce post me parait bien partiale : visiblement en faveur de la compensation. Un autre point de vue s'impose. Je trouve utile de rappeler les paroles de Sébastien Godinot, de l'ONG les Amis de la Terre : « la compensation des émissions de carbone est de plus en plus controversée. La principale société de certification accréditée par les Nations Unies pour délivrer des crédits carbone de compensation, vient d’être suspendue car elle aurait mis sur le marché du carbone des crédits fictifs. La priorité est de réduire les émissions de gaz à effet de serre en Europe, pas de déplacer le problème ailleurs en fermant les yeux ».

Écrit par : La Bête pensante | 28/08/2009

Bonjour,

CO2logic étant une société qui propose de la compensation il est normal que nous présentons les raisons pour laquelle nous pensons que la compensation a un rôle à jouer. Je suis toutefois le premier à en reconnaître les limites et à dénoncer les pratiques abusives. CO2logic travaille depuis 1 an et demi de concert avec les ONG de l'environnement pour que le secteur soit encadré et que la compensation aille de paire avec des réductions à la source. Bref nous sommes des partisans critiques et éclairés de cette mesure et nous ne proposons pas n'importe quelle type de crédits venant de n'importe quelle type de projets à nos clients. Ne pas compenser ca veut dire ne pas payer pour le coût environnemental que l'on fait subir à la planète --> compenser ce n'est pas déplacer le problème mais simplement donner un coût à la pollution et soutenir des projets réducteurs. Nous serions heureux de soutenir des projets chez nous mais celà n'est techniquement pas possible (la Belgique a déjà un plafond sur ses émissions et en faisant des projets chez nous on autoriserait le gouvernement belge à revendre des crédits à d'autres pays). En outre des pays comme l'Inde ou les pays africains ont plus que nous besoin de soutien pour développer des technologies propres comme les énergies renouvelables. N'hésitez pas à me contacter si vous avez d'autres remarques. Pour une meilleure compréhension des marchés de droits d'émission et de la compensation je vous invite à lire mon livre "les marchés de quotas de CO2" paru chez Larcier en 2008 ou "Carbon markets" paru chez Earthscan en 2009. J'y dresse une analyse aussi objective que possible des avantages et inconvénients et reconnaît volontairement les limites du système.

Bonne journée,

Arnaud

Écrit par : arnaud | 28/08/2009

Quel billet exceptionnelle, j'ai déniché ce que nous cherchais, tout en vous remerciant bon weekend.

Écrit par : pari sportif bonus | 12/05/2014

Je partage votre avis du sujet, et je vous suis vraiment reconnaissant d'avoir donnée autant de renseignement sur votre blogging.

Écrit par : cotes france honduras | 15/06/2014

Les commentaires sont fermés.